Les exploitations inscrites aux options de certification B, C et D doivent remplir cette section de même que le registre S. Pour l’exploitation, la façon la plus simple de respecter les exigences de cette section est d’utiliser le registre S. Elle doit d’abord consulter la liste de tous les allergènes potentiels (dans la colonne de gauche du registre) et déterminer si ceux-ci sont présents dans son exploitation. Si un allergène est présent, la personne responsable doit inscrire OUI aux endroits appropriés dans les colonnes I à V du registre. Si l’allergène n’est pas présent, elle doit inscrire NON; il est possible qu’une exploitation réponde NON partout.

Si une exploitation a inscrit OUI vis-à-vis l’un des allergènes, elle doit s’assurer de protéger les fruits et légumes frais d’une contamination croisée (si possible). Ceci veut dire de garder les fruits et légumes frais à l’écart des allergènes potentiels (c.-à-d. ni par-dessus, ni en dessous, ni en contact). S’il s’agit de mesures de contrôle, celles-ci devraient être consignées au registre S à la dernière ligne du tableau. Pour l’instant, le programme n’exige aucune autre mesure corrective (p. ex., abandonner une pratique ou autre s’il y a présence d’un risque de contamination par un allergène).

En remplissant le registre S, l’exploitation a effectué une évaluation des risques posés par la présence d’allergènes potentiels et a fait preuve de diligence raisonnable. Une fois le registre S rempli, la personne responsable coche les cases appropriées à la section 23.6 (Allergènes) du Guide. Les auditeurs vérifieront si la section 23.6 et le registre S ont été remplis lorsqu’ils attribueront un pointage à cette exigence dans la liste de contrôle de l’audit.

Voici quelques exemples de problématiques liées aux allergènes :

  • entreposage du lait ou des produits laitiers avec des fruits et légumes;
  • un producteur d’œufs qui est aussi producteur de fruits et légumes;·
  • utilisation de beurre d’arachides ou de fromage dans les pièges à rongeurs;
  • culture de soya dans un champ adjacent à une culture de fruits ou de légumes;
  • moutarde/graines de moutarde cultivées dans les sites de production lors des années en rotation.

L’auditeur doit noter que ces pratiques peuvent continuer d’avoir lieu à condition qu’elles soient inscrites au registre S et que, dans la mesure du possible, l’exploitation mette en œuvre des mesures pour réduire la contamination croisée.

avril 19th, 2021 at 01:51